flou


flou

flou, floue [ flu ] adj. et n. m.
• 1676, répandu au XVIIIe; repris de l'a. fr. flo, flou « fatigué »; lat. flavus « jauni », d'où « fané, flétri » → fluet
1Arts Dont les contours sont adoucis, estompés. fondu, vaporeux. Dessin flou. Subst. « Ce “flou” délicieux des peintures de Lawrence, en harmonie avec la douceur de son caractère » (Balzac).
2(1855) Cour. Dont le contour est trouble, indécis. Images floues. Photo floue. N. m. Cin., photogr. Diminution de la netteté des images obtenue par modification de la mise au point. Effet de flou. Objectif à flou. Loc. Flou artistique : effet de flou à des fins esthétiques. Fig. Laisser les choses dans un flou artistique, dans une imprécision volontaire.
3Par ext. Qui n'a pas de forme nette. Coiffure floue. Robe floue, vague, non ajustée. ⇒ ample .
4Fig. Incertain, indécis. 3. vague. Souvenir flou. imprécis. « Ma pensée est encore floue, ouatée de neige » (Bosco). Subst. Laisser les choses dans le flou.
(angl. fuzzy set) Math. Ensemble flou.
⊗ CONTR. Distinct, 2. net, 1. précis.

flou adverbe Voir flou, voir les objets d'une manière indistincte, sans contours nets. ● flou nom masculin Caractère de ce qui est peu net, fondu, léger : Le flou d'une pensée. Manque de netteté de l'image, provenant soit d'une mise au point défectueuse à la projection, soit d'un effet délibéré à la prise de vues (flou artistique). Spécialisation du métier de la couture qui a trait à la technique de réalisation de vêtements souples, par opposition à la technique du tailleur. ● flou (expressions) adverbe Voir flou, voir les objets d'une manière indistincte, sans contours nets. ● flou (expressions) nom masculin Familier. Flou artistique, ambiguïté, équivoque enveloppées dans des discours visant à les masquer. ● flou (homonymes) nom masculin floue forme conjuguée du verbe flouer flouent forme conjuguée du verbe flouer floues forme conjuguée du verbe flouerflou, floue adjectif (latin flavus, jauni, fané) Qui manque de netteté, qui est imprécis, indécis : Une photo floue. Une pensée floue. Qui n'a pas une forme nettement définie, vaporeux : Une coiffure floue. Se dit d'un vêtement souple, travaillé selon la technique du flou. ● flou, floue (expressions) adjectif (latin flavus, jauni, fané) Logique floue, logique qui substitue à la logique binaire une logique fondée sur des variables pouvant prendre outre les valeurs « vrai » ou « faux », les valeurs intermédiaires « vrai » ou « faux » avec une certaine probabilité. (La logique floue est notamment appliquée à des automates pour gérer des processus complexes.) Sous-ensemble flou, couple formé d'une partie F d'un ensemble E et de la loi de probabilité pour chaque élément de E d'appartenir à F. ● flou, floue (homonymes) adjectif (latin flavus, jauni, fané) floue forme conjuguée du verbe flouer flouent forme conjuguée du verbe flouer floues forme conjuguée du verbe flouerflou, floue (synonymes) adjectif (latin flavus, jauni, fané) Qui manque de netteté, qui est imprécis, indécis
Synonymes :
- imprécis
- nébuleux
Contraires :
- net
- précis
Qui n'a pas une forme nettement définie, vaporeux
Synonymes :

flou, oue
adj. et n. m.
d1./d BX-A Dont les contours sont adoucis, peu nets. Nu flou.
|| n. m. Par ext. Le flou artistique.
d2./d Dont les détails sont peu nets et comme brouillés. Une photo floue.
|| Par ext. Vêtement flou, en étoffe légère, aux contours vagues et vaporeux.
d3./d Fig. Qui manque de précision, de netteté. Une pensée qui reste floue.

⇒FLOU, FLOUE, adj. et subst. masc.
A.— B.-A. [En parlant d'une œuvre dessinée, gravée, peinte ou sculptée] Dont le caractère est léger, estompé. Coloris flous. Sa touche floue [de Van der Neer] convient à ce genre de sujets [soirs ou nocturnes] (GAUTIER, Guide Louvre, 1872, p. 152) :
1. La lune éclairait le perron et dessinait sur le mur nouvellement peint une branche de laurier. Cette branche, on la voyait dans la tache estompée et légèrement bleuâtre, dans le modelé flou, dans le camaïeu tendre d'un branchage sur une potiche.
GONCOURT, Journal, 1872, p. 894.
Péj. Dont les contours manquent de vigueur, de netteté. Un dessin flou; un tableau trop flou. Le mobilier (...) sculpté en plein bois de palissandre (...) rehausse par ses tons riches la fadeur de cet ensemble, un peu trop flou, dirait un peintre (BALZAC, Fille Ève, 1839, p. 68).
Spéc., PHOT. Qui manque de netteté (cf. FRIEDEL, Cristallogr., 1926, p. 415).
Emploi adv. (En) flou. En donnant aux objets des contours indécis. Peindre flou :
2. Dès qu'il [le photographe] composait sa nature morte — dès qu'il composait — il retrouvait la peinture. La composition devenait le cadrage; l'idéalisation et le caractère devenaient l'éclairage (selon qu'il est éclairé en « flou » ou en « dur » un visage change d'âme)...
MALRAUX, Voix sil., 1951, p. 300.
Emploi subst. Caractère léger, adouci ou péj., lâche, peu net, des contours, des coloris. Le flou d'une sculpture, d'une gravure; le flou du pinceau (vieilli). Chevelures de marbre rendues avec ce flou qui leur donne des légèretés de coiffures poudrées (A. DAUDET, Nabab, 1877, pp. 5-6) :
3. Il [Oscar] passait des journées entières en face de ses deux toiles, en multipliant les gestes d'un homme transporté d'admiration. — Dieu! comme c'est Rubens, se disait-il. — Quelles chairs à la Véronèze [sic]! — Quels tons, quel flou!
REYBAUD, J. Paturot, 1842, p. 247.
Spéc., CIN., PHOT.
Effet obtenu en diminuant la netteté des images, ou en estompant les contours. Le flou artistique; obtenir un effet de flou :
4. En examinant les acquisitions (...) de la photographie d'aujourd'hui, on serait tenté de voir dans les procédés du flou, de la solarisation, de la surimpression et du photomontage, l'expression d'un état d'esprit (...) tout imprégné du relativisme contemporain.
LHOTE, Peint. d'abord, 1942, p. 171.
Défaut qui consiste en un manque de netteté de la photographie. S'il s'agit de personnages traversant le tableau à grande vitesse, il est nécessaire de « tourner » plus vite pour éviter (...) le flou (MÉLIÈS, V. cin., A.G.I.P., 1907, p. 365 ds GIRAUD 1956).
B.— Usuel. [En parlant d'une chose] Dont le contour n'apparaît pas nettement. Un large rayon flou se diffusait à travers les ténèbres, et les choses, une à une, s'animaient d'une existence étrange (GENEVOIX, Raboliot, 1925, p. 58). Le battement de ses artères faisait dans sa tête un bruit assourdissant. Autour d'elle, tout était flou et chancelait (MARTIN DU G., Thib., Été 14, 1936, p. 318).
Emploi subst. Les brunes ont quelque chose de trop précis dans les contours, et les marabouts prêtent à leur toilette un flou qui leur manque (BALZAC, Ferragus, 1833, p. 21). Ce garçon mince, encore éphèbe d'apparence, aux traits délicats et qui n'avaient point perdu le flou de l'adolescence (DANIEL-ROPS, Mort, 1934, p. 81).
Spéc., COUT. [En parlant d'un tissu, d'un vêtement] Vaporeux. Une robe floue. Les couples emmêlés, robes droites où le bras des hommes marquait la taille sur l'étoffe légère et floue (CHARDONNE, Dest. sent. III, 1936, p. 89).
Emploi subst. Vêtement(s) féminin(s) souple(s), vaporeux, qui ne sont pas ajustés au corps. Travailler dans le flou; être première main dans le flou. (Dict. XXe s.).
Spéc., MATH. ,,Sous-ensemble flou. Notion introduite récemment en vue de fournir aux utilisateurs des mathématiques un outil plus souple que la notion habituelle de sous-ensemble`` (BOUVIER-GEORGE, Math. 1979, p. 306).
P. ext., LING. Cf. Y. GENTILHOMME, Les Ensembles flous en ling. ds Cah. Ling. théor. appl., 1968, pp. 47-65.
Au fig. Imprécis, vague. Idée floue. Cela dit, la notion de parti dominant apparaît assez floue, en définitive (Traité de sociol., 1968, p. 44).
Emploi subst. :
5. Quand les mots se mettent à enfler, quand leur sens devient ambigu, incertain et que le vocabulaire se charge de flou, d'obscurité, de néant péremptoire, il n'y a plus de recours pour l'esprit.
AYMÉ, Confort, 1949, p. 41.
Rem. Jusqu'à la fin du XIXe s., l'adj. flou était employé au fém. comme un adv. Ce bois qui ne semble pas un bois, tant la sculpture en est flou (GONCOURT, Mais. artiste, 1881, p. 226).
Prononc. et Orth. :[flu]. Ds Ac. 1762-1932. Pas de fém. ds les éd. de 1762-1835. Étymol. et Hist. 1. Ca 1200 « inculte, désert » (Renaut de Montauban, 402, 36 ds T.-L.); 2. 1274 « fatigué, épuisé » (ADENET LE ROI, Berte aus grans piés, éd. A. Henry, 852); 3. 1676 terme d'art (FÉLIBIEN : c'est un vieux mot dont autrefois on se servoit pour exprimer en termes de Peinture, la tendresse et la douceur d'un ouvrage); 1765 (DIDEROT, Salon de 1765, Œuv., t. XIII, p. 301 ds LITTRÉ : Dans ce genre flou il faut être d'un fini précieux et enchanter par les détails); 4. 1855 « indistinct » (GONCOURT, Journal, p. 223); 5. 1904 subst. « caractère indécis, vague » (BARRÈS, Cahiers, t. 3, p. 131). Du lat. flavus « jaune » (cf. l'a. fr. floe « jaune », Courtois d'Arras, éd. E. Faral, 500, var., ms. 2e moitié XIIIe s.), qui doit avoir pris déjà en lat. le sens de « fané, flétri » (cf. le verbe flavescere « flétrir »). Fréq. abs. littér. :112. Bbg. GRUNDT (L.-O.). Ét. sur l'adj. invarié en fr. Bergen-Oslo-Tromsø 1972, p. 220. — Interphotothèque... Paris, 1973, p. 10. — SAIN. Arg. 1972 [1907], p. 197. — WALT. 1885, p. 80.

flou, floue [flu] adj. et n. m.
ÉTYM. Répandu XVIIIe, d'abord comme terme d'art; 1676, Félibien : « c'est un vieux mot (…) pour exprimer la tendresse et la douceur d'un ouvrage »; repris de l'anc. franç. flo, flou (1200) « inculte, désert (lieu) », « épuisé, fatigué » (XIIIe), « languissant; fané, flasque »; du lat. flavus « jauni », d'où probablt « fané, flétri »; cf. anc. franç. floe « jaune »; → Fluet. REM. L'adj. est placé après le nom, en épithète.
1 Dont les contours sont adoucis, peu nets. Effacé, fondu, léger, nébuleux, vaporeux. || Médaille floue. || Dessin flou. || Tons, coloris flous.N. m. || Le flou d'une peinture, d'une sculpture, d'une gravure.
1 Diognète sait d'une médaille le frust (fruste), le feloux (sic), et la fleur de coin (…)
La Bruyère, les Caractères, XIII, 2.
2 (…) ce « flou » délicieux des peintures de Lawrence, en harmonie avec la douceur de son caractère.
Balzac, Une fille d'Ève, Pl., t. II, p. 99.
3 (…) Ary Scheffer eut tort de quitter en pleine réputation la manière vague, floue, pleine de grâce et de morbidesse qui faisait son originalité (…)
Th. Gautier, Portraits contemporains, p. 309.
Loc. adv. (1771). || Peindre flou : peindre d'une manière tendre, légère, noyée (opposé à manière dure, sèche).
2 Cour. a Adj. (1855, Goncourt). Dont le contour est trouble, indécis, n'apparaît pas distinctement. Brumeux, indistinct. || Elle eut un étourdissement, tout devint flou autour d'elle (→ Étourdir, cit. 3).
4 Tout devenait flou, incertain, mais il en émanait comme un brouillard animé d'une faible vie, dont il semblait qu'on pût attendre quelque apparition.
H. Bosco, Un rameau de la nuit, p. 50.
b N. m. (XXe). Photogr., cin. Diminution de la netteté des images obtenue par modification de la mise au point. || Effet de flou. || Objectif à flou.
Loc. Flou artistique : effet de flou à des fins esthétiques. Fig. et fam. || Laisser les choses dans le flou artistique, les voiler (pour tromper, etc.).
3 Par ext. Qui n'a pas de forme nette (vêtements). Lâche, vague, vaporeux. || Coiffure floue. || Robe floue, non ajustée.
N. m. Cout. || Travailler dans le flou.
5 Madame, rien ne va mieux aux brunes, les brunes ont quelque chose de trop précis dans les contours, et les marabouts prêtent à leur toilette un flou qui leur manque.
Balzac, Ferragus, Pl., t. V, p. 23.
4 (Abstrait). Incertain, indécis. 3. Vague. || Pensée floue. || Style flou, dilué.N. m. (1915). || Le flou de sa pensée. Imprécision. || Ses explications sont d'un flou !Plais. || Donner un flou poétique à (une production).
6 Il lui arrive assez souvent de ne pas achever ses phrases, ce qui donne à sa pensée une sorte de flou poétique.
Gide, les Faux-monnayeurs, III, II.
7 J'arrive maintenant à réfléchir un peu. Ma pensée est encore floue, ouatée de neige.
H. Bosco, Hyacinthe, p. 152.
8 Désormais il y a du « voyant » chez Verlaine. Le « long dérèglement de tous les sens » dont son compagnon de vagabondage lui a révélé la pratique, l'a définitivement affranchi d'un certain « flou » qui risquait à la longue de devenir un procédé.
Francis Carco, Nostalgie de Paris, p. 113.
5 Trad. de l'angl. fuzzy (set). Math. || Sous-ensemble flou : couple formé par une partie (ou sous-ensemble) d'un ensemble E et la probabilité, pour chaque élément de E, d'appartenir à cette partie. || La notion de sous-ensemble flou, associant un sous-ensemble et une loi de probabilité (ou degré d'appartenance), permet d'étendre la notion habituelle de sous-ensemble.
CONTR. Clair, distinct, net, précis, rigoureux.
HOM. Formes du v. flouer.

Encyclopédie Universelle. 2012.